Gros plan d'une truffe

    Il  était une  fois . . .

Ouhlala,Vilain petit canard

 

 

Jeune et rebelle, je n'en ai fait qu'à ma tête, après un baccalauréat laborieusement obtenu je suis partie pour les îles, la Guadeloupe dans un premier temps, où je me suis lancée dans un diplôme de stylisme qui n'a abouti à rien, si ce n'est un beau papier rose orné de fioritures. Après diverses périgrinations rocambolesques - voire même tout à fait sérieuses ! - je me suis dit pourquoi pas des études ? Et j'ai repris par correspondance la filière universitaire au bout de laquelle j'ai obtenu un doctorat en botanique et plus exactement en systématique taxonomique. J'ai pour ce faire vécu en Guyane et aux Etats-Unis.

      

. . .  une Histoire de Truffes et de Cuisine

Papa en train de tremper les bonbons de chocolat
Séance de cavage ou récolte de Truffe
Institut Ducasse à Paris
cuisine truffe cavage
Préparation des chocolats de Noêl. Moi et Papa en train de faire du praliné

Travaillant sur la botanique, une idée déjà ancienne est revenue me taquiner... la truffe et la cuisine. Ce n'est pas que ni l'une ni l'autre ne m'avait vraiment quittées. Moi qui cavait depuis petite avec mes parents dans le jardin et dans les bois alentours, et puis les vieilles histoires de mon Grand-Tonton caveur, et la famille du côté de Papa qui excelle depuis plusieurs générations dans la cuisine comme dans la pâtisserie. Moi qui, depuis plusieurs années, avec mon cher et tendre mari, aussi chercheur en botanique, fleurte de près avec les Truffes. Il va sans dire, qu'il fleurtait déjà de près avec ma cuisine qui je l'avoue ne le laissait pas indifférent ! Ce fut donc une révélation, et tout est devenu comme une évidence : Truffe et Cuisine. Des repas autour des Truffes se sont organisés à la maison. Maintenant, il est grand temps de partager cette passion aussi bien botanique que culinaire. En toute simplicité, mais aussi dans sa compexicité. La truffe se fait mériter aussi bien sur le terrain qu'avec nos papilles gustatives. Il faut l'aborder en la chérissant et en perdant nos prétentions si on veut la sublimer. La comprendre, la dorloter, l'écouter, l'observer. Cela serait sans fin, elle est d'une telle complexité, mais tellement simple aussi si on sait la regarder et lui permettre de nous offrir toutes ses richesses. Un petit joyau à portée de main pour celui qui sait se baisser correctement. C'est un peu la richesse d'une transmission familliale, des Grands-Parents pâtissiers et passionnés, mes autres Grands-Parents aubergistes, mon frère chef exécutif dans des palaces, ma soeur vigneronne, mon Grand-Tonton caveur… à l'automne le menu de l'auberge de Molloy, un petit village de Bourguogne, était basé sur les truffes que mon Grand-Tonton avait glâner sur les terrains alentours. Répondant enfin à ce qu’il faut bien appeler un atavisme familial, je me suis retrouvée propulsée en formation chez Alain Ducasse à Paris, j'ai été formée par des Grand Chef dont Christophe Marleix (Plaza Athénée, Paris). Et me voilà lancée pour vous offrir le meilleur de la truffe ou devrais je dire des truffes. Car il en existe bien plusieurs espèces reconnues sur le marché français, et toutes sont belles et désirables, avec leur spécificités et leurs parfums. Certains préfereront l'une, d'autres une autre, mais je ne les hiérarchise pas, elles sont toutes magiques si on sait les mettre dans l’écrin qui leur convient et leur faire révéler le meilleur d'elles mêmes. Tâche à laquelle je me dévoue avec grand plaisir, avec délectation et jubilation même tant il reste à découvrir.